8 signes qui vous indiquent qu’il est temps de changer de vie

Classé dans : Changer | 0

8 signes qui vous indiquent qu’il est temps de changer de vie

Changer de vie, une aspiration largement partagée

Le changement de vie est un rêve partagé par beaucoup d’entre nous. Ainsi, selon un sondage Opinion way de 2015 pour ING Direct, 70 % des français rêvent de repartir de zéro et seulement 15 % passent à l’action. Au-delà du simple effet de mode, il s’agit d’un mouvement plus profond englobant toutes les catégories de la population, des chefs d’entreprise aux employés, des retraités aux étudiants.

Il est vrai que la vie que nous menons aujourd’hui n’est qu’une des multiples vies que nous pourrions vivre. Elle est la résultante notamment de nos choix passés (choix de faire ou de ne pas faire), de notre environnement familial, des limites mentales que nous nous imposons, des rencontres qui jalonnent notre existence.

Alors, la tentation est grande d’imaginer un nouveau film de notre vie, d’écrire un nouveau scénario. Transformer sa vie recouvre de multiples formes : changer de métier, de lieu de vie, de conjoint, s’engager dans une nouvelle activité associative, adopter d’autres rituels de vie.

Le changement de vie est parfois issu d’une décision personnelle, signe d’une aspiration forte à vivre autre chose, d’une envie (en-vie) irrépressible d’une nouvelle expérience, d’une prise de conscience de la vacuité de notre réalité quotidienne.

Il peut nous être aussi imposé par les circonstances. Un licenciement, un burn-out, une rupture amoureuse, un deuil sont autant d’occasions de nous remettre en cause, d’interroger les joies et les peines de notre existence, d’oser explorer d’autres voies d’accomplissement.

De l’évolution à la révolution existentielle, il existe de nombreuses graduations de changement de vie : on peut changer radicalement de vie ou simplement changer quelque(s) chose(s) dans sa vie.

Une quête de sens

Changer sa vie, c’est vouloir trouver ou retrouver un sens à son existence. Mais la définition du mot « sens «  est polymorphe. En effet, elle recouvre plusieurs dimensions.

Le mot « sens » indique tout d’abord une direction. Rien de pire qu’une vie dénuée de but. Face à l’angoisse du vide existentiel, nous pouvons alors parfois nous raccrocher à une finalité purement matérielle, voire égoïste.

Parallèlement, le mot « sens » comporte également la notion de signification, c’est-à-dire étymologiquement être signe de quelque chose. On se pose la question de la signification de notre passage sur terre, des signes que nous adressons aux autres.

Dans cette acception, trouver un sens à notre vie, c’est se sentir utile, être relié à quelque chose de plus grand que nous.

Dans cette recherche de sens, nous traversons successivement plusieurs étapes :

  • La perte de sens : à ce stade nous ressentons encore une impression de bien-être, de confort trompeur. Mais, en fait, nous nous complaisons passivement dans la léthargie mortifère des habitudes.
  • Le non-sens : après la période de la perte de sens, nous basculons progressivement dans le non-sens. La sensation de bien-être a laissé la place au mal-être. Nous ressentons de la frustration, de la colère. On peut constater un certain désengagement dans nos vies professionnelle et personnelle. A l’extrême, nous adoptons des comportements de destruction voire d’autodestruction. Nous prenons conscience du décalage entre notre vie et nos aspirations. Et c’est une bonne nouvelle car ce déclic nous permet de passer à l’étape suivante.
  • La quête de sens : toujours en situation de mal-être, nous entamons une réflexion sur les options possibles, afin de nous échapper de notre inconfort.
  • Le sens : grâce à la poursuite d’objectifs précis en phase avec nos importants, nous retrouvons le bien-être. Cette étape est également marquée par la motivation, la créativité et l’autonomie.

Si l’on veut rester à ce niveau, il convient de se trouver de nouveaux défis, de nouveaux espaces à conquérir sous peine de retomber dans la phase de perte de sens.

 

Découvrez le Passeport de la Cinquantaine positive

Découvrez une démarche personnalisée pour enfin bâtir, à 50 ans, la vie qui vous ressemble !


Recevez gratuitement une série de vidéos vous dévoilant 4 étapes simples et efficaces pour construire la vie qui correspond vraiment à la personne que vous êtes aujourd’hui !

8 signaux du changement à surveiller

Il convient de distinguer un simple vague à l’âme passager du réel besoin de changement. D’où l’intérêt de savoir repérer les syndromes qui démontrent qu’il temps pour vous de modifier le cours de votre vie.

En voici quelques-uns réunis ci-dessous, sans prétention exhaustive :

  • Au travail, vous êtes atteints du syndrome de Robinson Crusoé. Vous êtes certes très occupé tel Robinson sur son île, mais vous ressentez un certain ennui, vous avez perdu le feu sacré de votre début de carrière et vous vous dîtes « vivement vendredi !». Si vous n’avez le sentiment de ne vivre que deux jours par semaine et cinq semaines par an, c’est qu’il est sans doute temps de réfléchir à un autre travail.
  • Vous ressentez régulièrement une impression diffuse et tenace de tristesse, une impression de dilapider votre temps. Chacune de nos émotions nous adresse un signal à décrypter, utile dans la conduite de nos vies. Ainsi, la tristesse est un signal de perte, vous êtes privé de quelque chose d’important à vos yeux, vous vous éloignez de vos aspirations personnelles.
  • Vous souffrez du syndrome « c’est lundi, c’est raviolis » de la famille Le Quesnoy. Votre vie est jalonnée de trop nombreuses habitudes, il y a peu de place pour l’imprévu et la surprise. Bien sûr, les habitudes sont utiles pour vous donner des repères, vous éviter de la réflexion inutile, mais elles ne doivent pas devenir l’essentiel de votre vie.
  • Vous rêvez d’une vie différente plus conforme à vos aspirations personnelles. Vous imaginez régulièrement ce que serait votre existence si vous faisiez de nouveaux choix, si vous changiez de lieu de vie, de métier…
  • Vous regardez trop la télévision. S’il est utile de se divertir des tracas quotidiens, le divertissement ne doit pas se transformer en diversion et aboutir à vivre sa vie par procuration. En regardant des personnages réels ou de fiction vivre leur vie, vous pouvez en oublier de construire la vôtre.
  • Vous ne savez plus où est votre place, vous ressentez un décalage, voire un malaise. Vous ne vous sentez plus en phase avec vos aspirations personnelles, vous avez des regrets.
  • Vous manquez d’énergie, votre vie ne vous apporte aucun enthousiasme et peu de joies, bien au contraire vous en avez « marre d’en avoir marre ».
  • Vous souffrez du syndrome Caliméro, vous dépensez beaucoup de temps et d’énergie à vous plaindre, à critiquer et envier les autres.

Bien entendu, il existe d’autres signes. A chacun de les reconnaître et de les décrypter.