Comment sortir de la crise de la cinquantaine au travail

Classé dans : Vie Professionelle | 0

Comment sortir de la crise de la cinquantaine au travail

Si à 50 ans passés, vous ressentez un mal-être au travail, voire de la souffrance au travail, cela peut signifier que vous traversez la crise de la cinquantaine, la transition du milieu de la vie.

Bonne nouvelle, il existe des clés permettant de sortir par le haut de cette période délicate. Afin de vous libérer de la crise de la cinquantaine au travail, deux orientations s’offrent à vous : d’abord modifier votre relation au travail, puis si nécessaire changer de travail avec toutes les précautions qui s’imposent.

Modifier votre relation au travail

Cette démarche repose sur une série de questionnements personnels ayant pour but de générer une prise de conscience éclairante et constructive.

Remontez à la source

Votre malaise actuel est-il entièrement lié à votre métier ou constitue-t-il seulement la face émergée d’une problématique plus vaste ? Il est important d’identifier la source de votre mal-être au travail. La cinquantaine est souvent une période de remise en cause globale, un bilan d’étape de votre vie. Si la sphère professionnelle n’échappe pas à ce questionnement existentiel, elle n’en est pas obligatoirement l’unique origine ou la raison principale.

Vous vous êtes peut-être éloigné(e) de ce qui est important pour vous. Ce qui est essentiel à vos yeux a pu également se déplacer au fil du temps et votre existence ne se trouve plus en phase avec ces nouvelles priorités. Ce qui était primordial hier ne l’est plus aujourd’hui et inversement d’autres besoins sont apparus.

Il convient alors d’actualiser « vos importants » et d’ajuster votre parcours de vie en conséquence.

Déconstruisez vos croyances professionnelles limitantes

Une croyance est une chose que vous tenez pour vraie, une histoire que vous vous racontez sans la remettre en cause. De manière inconsciente, vos croyances dirigent votre existence en délimitant (croyance limitante) ou en ouvrant (croyance ressource) le champ des actions que vous vous autorisez à accomplir.

Les croyances portent principalement sur votre identité « je suis ceci ou cela / je ne suis pas ceci ou cela » ou sur vos capacités « je suis capable de …/ Je suis incapable de…».

Au niveau professionnel, les croyances limitantes peuvent s’exprimer par l’entretien de pensées telles que « je suis trop vieux pour apprendre de nouvelles méthodes de travail » ou bien « je ne suis pas capable d’apprendre à utiliser les outils informatiques modernes ». Elles entravent ainsi fortement vos capacités d’évolution et d’adaptation tout en nuisant à votre carrière professionnelle.

En fait, ces croyances limitantes ne constituent que des édifices mentaux inconscients qu’il convient de mettre au jour et de déconstruire.

Décryptez les émotions ressenties dans votre activité professionnelle

Une émotion ne se produit jamais par hasard, elle est toujours porteuse d’un message qu’il est important de déchiffrer. Vos émotions vous indiquent infailliblement si les choses que vous considérez comme importantes dans votre vie sont nourries ou négligées.

En ce sens, il n’existe pas d’émotions négatives, seulement des émotions agréables ou désagréables. Le décodage de vos émotions constitue un formidable outil pour piloter votre vie.

Il convient spécialement de faire preuve de vigilance quand vous êtes accompagné(e) par l’une des 4 émotions désagréables suivantes :

  • la peur : elle vous signale un danger réel ou imaginaire perçu dans votre environnement.
  • la tristesse : elle vous indique une perte, une séparation. Elle apparaît si vous ressentez un manque de reconnaissance, une réduction de vos responsabilités, une diminution de votre autonomie de travail ou une dégradation des relations avec vos collègues.
  • la colère : elle révèle qu’une règle importante pour vous n’a pas été respectée. Il existe un décalage entre vos attentes et ce que vous procure votre environnement.
  • le dégoût : mélange de tristesse et de colère, il est lié à la notion de rejet.

Ces 4 émotions de base sont toutes liées à la manière dont vous percevez et analysez votre environnement. Cette perception et cette analyse sont par nature subjectives, elles dépendent de votre histoire, de vos expériences, de votre psychologie, de votre éducation, de vos valeurs personnelles.

Décrypter vos émotions, c’est donc mieux vous connaître afin de découvrir ce qui est important dans votre vie professionnelle.

Si nécessaire, entamez une démarche de deuil professionnel

Vous avez débuté votre carrière avec des ambitions professionnelles, des aspirations à exercer de hautes fonctions. Hélas, vous constatez que vos desseins ne deviendront pas réalité et vous en concevez une certaine amertume.

Mais que représentaient pour vous ces ambitions ? Que poursuiviez-vous à travers ces aspirations ? Peut-être recherchiez-vous un statut social enviable, une reconnaissance familiale, un sentiment d’accomplissement… Aujourd’hui, cela est-il toujours aussi important pour vous ?

Si oui, vous pouvez peut-être satisfaire ces aspirations dans un domaine extra-professionnel (un engagement associatif, la vie familiale ou amicale ou la pratique d’une activité physique). En outre, savoir abandonner vos rêves dépassés vous autorisera à bâtir de nouveaux projets.

Changer votre relation au travail revient donc à pratiquer l’introspection. Dans cette recherche d’une meilleure connaissance de vous-même, l’accompagnement d’un coach peut s’avérer nécessaire. Cette démarche personnelle ouvre la voie à une saine compréhension de votre situation actuelle. Cependant, comprendre ne signifie pas vous résigner. En effet, il existe bel et bien une vie professionnelle après 50 ans.

Découvrez le Passeport de la Cinquantaine positive

Découvrez une démarche personnalisée pour enfin bâtir, à 50 ans, la vie qui vous ressemble !


Recevez gratuitement une série de vidéos vous dévoilant 4 étapes simples et efficaces pour construire la vie qui correspond vraiment à la personne que vous êtes aujourd’hui !

Changer de travail

Si modifier votre relation au travail ne suffit pas, il convient peut-être de changer de travail. En effet, la transition du milieu de la vie peut faire émerger de nouvelles aspirations professionnelles.

Désormais que vos enfants sont autonomes, que le prêt de la maison est remboursé, certains choix deviennent possibles comme changer de travail à 50 ans. Vous ressentez peut-être l’envie de transmettre votre expérience aux jeunes générations, d’aborder une autre approche du travail comme le mentorat par exemple.

Cependant, changer de métier à 50 ans ne doit pas se décider, ni s’effectuer à la légère. Elle implique de suivre une méthodologie précise.

Dialoguez avec votre employeur

Si vous désirez changer d’affectation au sein de votre entreprise actuelle, votre Direction des Ressources Humaines est évidemment un interlocuteur incontournable. Elle pourra vous informer sur l’évolution des métiers, sur les postes qui vont se libérer ou se créer. Le cas échéant, elle vous proposera d’effectuer un bilan de compétences.

Faites le point sur votre situation actuelle

Le plus objectivement possible, faites le constat de votre situation professionnelle. Déterminez vos points forts, vos pistes d’amélioration. Pour établir ce bilan, appuyez-vous sur la bonne connaissance de vous-même que vous avez acquise en examinant votre relation au travail.

Clarifiez les enjeux d’un éventuel changement de travail aux niveaux professionnel, personnel, familial, financier.

Recensez vos compétences transférables

Il s’agit de déterminer vos compétences actuelles qui pourraient être avantageusement utilisées dans une autre activité professionnelle. Elles concernent votre savoir-faire, mais également votre savoir-être, vos compétences comportementales. Ces dernières recouvrent notamment l’autonomie, la flexibilité, l’envie d’apprendre, le sens de l’organisation, la prise d’initiatives, ainsi que votre manière de collaborer et de communiquer avec les autres.

Étudiez le marché du travail

Le marché du travail est loin d’être facile pour les plus de 50 ans. Il existe pourtant des opportunités ouvertes aux quinquagénaires. En effet, certains employeurs privilégient l’expérience pour décider de leurs recrutements.

Afin de mieux connaître les possibilités de recrutement, vous pouvez consultez la base de données IMT (Informations sur le Marché du Travail) créée par Pôle Emploi pour fournir des informations aux chercheurs d’emploi. Une autre solution est d’interroger des personnes exerçant déjà le métier que vous visez. Cela constitue également une manière efficace de vous construire un réseau professionnel. C’est important comme nous le verrons plus loin.

Bâtissez votre projet professionnel

En prenant en compte ces différents éléments, vous serez en mesure de bâtir un projet professionnel réaliste. Faites preuve, cependant, de flexibilité dans votre démarche afin de trouver plus facilement un nouvel emploi.

Commencez une formation après 50 ans

Dans un contexte où nous serons amené à travailler plus longtemps, il devient envisageable de se former après 50 ans. Cela permet de se perfectionner ou de se maintenir à niveau dans son emploi actuel, mais aussi de se réorienter.

Suivre une formation après 50 ans constitue un enjeu important en termes d’énergie, de temps, d’implication émotionnelle. En conséquence, il importe de choisir avec soin sa formation. Diplômante ou non, elle doit correspondre à votre projet professionnel.

Cette formation pourra s’effectuer pendant votre temps libre ou en alternance afin de ne pas vous éloigner de votre employeur.

Proposez vos compétences

Adoptez l’attitude de quelqu’un qui offre une opportunité à un employeur. Utilisez votre réseau professionnel afin de bénéficier de la force des recommandations entre personnes qui se connaissent.

Cela vous ouvrira les portes du marché du travail caché, c’est-à-dire les emplois qui ne font pas l’objet d’annonces ou qui ne sont pas diffusés par les cabinets de recrutement.

Enfin, soyez patients et persévérants. Changer de métier à 50 ans est un défi à moyen terme.

Qu’il s’agisse d’améliorer votre relation au travail ou de changer d’orientation professionnelle à 50 ans, il importera de vous faire accompagner dans votre démarche afin de trouver les bonnes réponses à vos questions.

Pour aller plus loin :

– base de données IMT (Informations sur le Marché du Travail)

https://candidat.pole-emploi.fr/marche-du-travail/accueil